logo ENSAT

Apolline Duchalais, élève ingénieure agronome remporte un concours spatialOrganisé par la Royal Aeronautical Society et sponsorisé par Rolls-Royce

Apolline Duchalais, élève ingénieure en 2ème année, heureuse gagnante du concours international organisé par la Royal Aeronautical Society et Rolls-Royce.

Chaque année, la branche toulousaine de la RAeS (Royal Aeronautical Society) organise une compétition d'exposés techniques en langue anglaise du domaine de l'aéronautique et du spatial sponsorisé par Rolls-Royce et est ouvert aux élève-ingénieurs.

 

Lucas Domingos, étudiant de 3ème année, et Apolline Duchalais, étudiante de 2ème année, ont participé à ce concours de présentations scientifiques.

Ils ont réussi à se classer parmi les 3 premiers finalistes et ont représenté l’ENSAT le 19 février lors de la grande finale orchestrée par Rolls Royce et le groupe Airbus. Ils ont chacun soutenu leur présentation orale en anglais dans la salle des symposiums d’Airbus devant des professionnels de l’aéronautique.
Lucas a abordé l'utilisation des techniques de télédétection pour une meilleure gestion de la biodiversité et Apolline a présenté comment optimiser la nutrition des humains en milieu spatial.

 

Apolline ayant remporté le 1er prix, elle offre ainsi le 3ème trophée à l’ENSAT, qui avait été remporté en 2017 par Antoine Firmin (T15) avec un exposé sur le thème de la physiologie végétale dans l’espace et par Yoann Lo Monaco (T10) en 2012 pour une présentation sur l’utilisation des micro-algues pour l’aviation. Elle va à présent partir en Angleterre rencontrer les responsables du spatial et visiter Rolls Royce.

 

Merci à nos deux étudiants, qui ont dignement représenté l’ENSAT dans ce concours pas initialement pensé pour les agronomes.
Ce prix vient couronner le travail de communication en anglais à l'ENSAT, orchestré par Anne Alibert, enseignante, qui les a accompagnés tout le long.

 

 

Sujet présenté par Apolline

Il existe un lien important entre nutrition et santé et on ne peut aspirer à une bonne santé si l'on ne porte pas attention à notre nourriture. Ceci est valable pour tout être humain. Or les astronautes vivent dans des conditions extrêmes, comment peut-on leur apporter les nutriments dont ils ont besoin ?

Un régime alimentaire sain est un régime alimentaire varié : il faut manger des aliments différents dans des proportions raisonnées afin de subvenir à nos besoins caloriques et nutritifs journaliers. Ceci nous permet d'être en bonne santé sur Terre mais les astronautes font face à des problèmes de santé supplémentaires et non négligeables. En effet, en l'absence de gravité ils perdent de la masse osseuse et musculaire. De plus ils sont directement soumis aux rayonnements du Soleil qui leur fait perdre une partie de leur micro-biote et augmente le risque qu'ils ne développent des cancers. Enfin, leur système immunitaire est globalement affaibli. La nutrition peut permettre de réduire ces effets en apportant aux astronautes des composés luttant contre ces problèmes. Par exemple la vitamine K et le calcium permettent de limiter la perte osseuse et les probiotiques permettent d'entretenir la flore intestinale.

Nous pouvons donc réfléchir à quels aliments il serait bon d'ajouter à leur régime. Le yaourt contient des probiotiques, des protéines, du calcium et des acides gras. Ainsi nous pouvons en apporter aux astronautes pour leur faire bénéficier de tous ces avantages. En outre, les avancées biotechnologiques nous permettent aujourd'hui d'avoir des bactéries capables de synthétiser n'importe quelle molécule. Nous pouvons donc ajouter des bactéries sur-accumulant de la vitamine K, dont les astronautes ont besoin, aux souches permettant la formation du yaourt. Enfin nous pouvons substituer le lait de vache par des équivalents permettant des yaourts avec des avantages différents. Par exemple, le soja est un équivalent très intéressant pour les astronautes.

Pour amener le yaourt jusqu'aux astronautes nous pouvons mettre les souches de bactéries et du lait en poudre dans une poche, y ajouter de l'eau une fois dans la station spatiale internationale et laisser la poche pendant 8h à 35°C. Ainsi le yaourt est fait directement dans la station et ne perd aucun de ses bénéfices. En outre, pour que les souches de bactéries résistent aux radiations, on peut les sélectionner sur Terre. On aura alors des souches résistantes et capables de réaliser les réactions chimiques nécessaires à la fabrication du yaourt directement dans l'espace.

Nous avons donc ici un aliment capable de limiter les problèmes de santé particuliers auxquels font face les astronautes dans l'espace. Néanmoins ceci ne bénéficie pas qu'à la poignée de personnes vivant dans l'espace. En effet les personnes à mobilité réduite, malades ou âgées, subissent les mêmes problèmes de santé que les astronautes. Ainsi les solutions mises en place dans la station spatiale internationale pourraient inspirer les nutritionnistes et diététiciens des centres de santé sur Terre. Nous avons de plus une nourriture peu volumineuse, riche en nutriments et qui se conserve longtemps : ce sont les qualités recherchées pour les nourritures utilisées dans les missions humanitaires en situation de crise. Ainsi les packagings utilisés pour les astronautes sont parfaitement adaptés pour ce type de mission.

Pour conclure il est nécessaire de rappeler l'un des principes d’Hippocrate : il n'est pas nécessaire de soigner si l'on évite le problème. Une nutrition bien raisonnée limite les problèmes de santé des astronautes, mais améliore aussi la santé de tout être humain sur Terre.

Contactez l’ENSAT

L’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse

Avenue de l’Agrobiopole - BP 32607 - Auzeville-Tolosane 31326 CASTANET-TOLOSAN Cedex

05 34 32 39 00

Contacts

Certifications

  • Logo MENESR
  • Logo UTFTMP
  • Logo INP
  • Logo INPT
  • Logo midisup
  • Logo CTI
  • Logo CDEFI
  • Logo CGE
  • Logo INRA
  • Logo CNRS
  • Logo Agreenium
  • Logo AGRI campus
  • Logo Agri Sud-ouest