vous êtes >>  Futur étudiant  Entreprise  Journaliste  International student
   
FORMATION
 

Parcours recherche




Introduction

Le parcours recherche du Master FEA offre deux options de formation. La première s'adresse à des étudiants s'intéressant au fonctionnement des écosystèmes et des agrosystèmes (UE2, UE3 et UE4) . La seconde concerne ceux attirés par l'étude de la dynamique des polluants et l' écotoxicologie (UE5, UE6 et UE7). Selon leur sensibilité, les étudiants seront amenés à suivre les Unités d'Enseignement caractéristiques de l'une ou l'autre de ces deux voies. Néanmoins, ceux qui désirent recevoir une formation mixte pourront suivre une trajectoire plus transversale en panachant les Unités d'Enseignement des 2 options. L'UE1 qui est commune aux deux parcours (Pro et Recherche) fait suite au module d'introduction à la modélisation du tronc commun et elle s'adresse aux deux options de formation du parcours recherche.

Objectifs de la formation

L'objectif est de préparer les étudiants à aborder les concepts et les méthodes d'étude du fonctionnement des systèmes terrestres et aquatiques, et de la dynamique et de l'impact des polluants sur ces derniers. L'objectif est aussi de les former à la recherche tout en leur conférant l'aptitude à s'insérer dans les métiers connexes de la recherche et à contribuer à une gestion rationnelle de l'environnement. Les objectifs de la formation sont :

1-De développer l'esprit tant d'analyse que de synthèse en connexion avec les avancées (conceptuelles, méthodologiques et techniques) les plus récentes dans le domaine de l'étude des éco-agro-systèmes continentaux (aquatiques et terrestres) et de l'écotoxicologie ;

2-D'étendre la formation aux domaines nécessaires à une approche mécanistique (physique, chimie, biochimie, modélisation numérique, etc.) ;

3-D'associer à une démarche « diagnostique » une démarche « prédictive » afin de fournir des indicateurs d'évolution, et par-là même des outils de décision pour la gestion durable et la préservation des écosystèmes et des agrosystèmes, pour l'évaluation de l'impact des polluants et des changements globaux.

Ces trois axes seront articulés autour, d'une part d'une formation théorique représentant 180 heures environ de présentiel (cours, conférences et ateliers bibliographiques) et, d'autre part d'un stage de recherche en laboratoire.

La formation permettra aux étudiants de développer des recherches de pointe dans le cadre des grandes questions posées aujourd'hui aux bio-sciences de l'environnement :

1-concernant l'écologie fonctionnelle

  • rôle de la structure et de la biodiversité dans le fonctionnement des écosystèmes et des agrosystèmes (équilibres dynamiques) ;
  • bases scientifiques du développement durable (trajectoire d'écosystème, restauration et scénario de gestion durable) ;
  • réponse des écosystèmes et des agrosystèmes aux pressions anthropiques et climatiques, et impact de leur fonctionnement sur le changement global.

2-concernant la dynamique des polluants et l'écotoxicologie

  • modes de dispersion, de transfert, de transformation et de bioaccumulation des contaminants
  • approfondissement des mécanismes d'action des contaminants sur les espèces biologiques cibles (effets cellulaires et moléculaires)
  • intégration des transferts d'impact entre les différents niveaux d'organisation et de fonctionnement d'un écosystème

 

Questionnement scientifique

Les principaux axes scientifiques de la formation concernent l'analyse quantitative et la modélisation des interactions fonctionnelles entre organismes vivants et environnement physico-chimique dans les écosystèmes terrestres et aquatiques, et les agrosystèmes. L'accent est mis sur les liens entre l'écophysiologie des organismes, les relations structure-fonction, la dynamique des populations, le fonctionnement biogéochimique des systèmes, et l'effet des perturbations anthropiques sur ces relations. Les processus déterminants qui se déroulent aux interfaces sont particulièrement pris en compte (milieux aquatique et terrestre, milieux superficiels et souterrains, sol-plante-atmosphère, sédiments-eau, eau-organisme, organismes-organismes).

Laboratoires en soutien

Laboratoire d’Ecologie Fonctionnelle 
EcoLab
UMR 5245
CNRS - UPS - INP/ENSAT, Toulouse

Centre d’Etudes Spatiales de la Biosphère
CESBIO
UMR 5126
CNRS UPS IRD CNES, Toulouse

BIOtransformations, Transfert et TOxicologie des Polluants de l’Environnement
BIOTTOPE-Xénobiotiques

UMR 1089
INRA - ENVT, Toulouse-Saint Martin du Touch

Agrosystèmes Cultivés et Herbagés AGIR
UMR 1248
INRA - INP/ENSAT, Toulouse-Auzeville

Dynamiques Forestières dans l’Espace Rural DYNAFOR
UMR 1201
INRA - INP/ENSAT, Toulouse-Auzeville

 
Réseaux, Epuration et Qualité des Eaux REQUE
UR CEMAGREF
CEMAGREF, Bordeaux-Cestas

Aménités et Dynamiques des Espaces Ruraux ADER
UR CEMAGREF
CEMAGREF, Bordeaux-Cestas

Ecosystèmes estuariens et poissons migrateurs amphihalins EPBX
UR CEMAGREF
CEMAGREF, Bordeaux-Cestas

Laboratoire d’Hydrogéochimie et Environnement LHGE
UPPA, Pau

Laboratoire d’Ecologie Moléculaire LEM
EA 3525
UPPA, Pau

Laboratoire Hydro Géochimie et Environnement LHGE
JE 2397
UPPA, Pau

Laboratoire Evolution et Diversité Biologique EDB
UMR 5174
CNRS – UPS Toulouse


Le parcours recherche du FEA s'appuie sur un ensemble diversifié et cohérent d'acteurs de la recherche en écologie, agronomie, géochimie, pédologie et écotoxicologie principalement situés sur le pôle toulousain (72 personnes dont 37 HDR réparties en 8 laboratoires) et de quelques équipes de recherche de la région Aquitaine. Ce potentiel de recherche reconnu implique, l'Université Paul Sabatier (UPS) et l'Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse (ENSAT) de l'Institut National Polytechnique (INP) ainsi que des établissements et organismes localisés sur plusieurs sites (Université de Pau et des Pays de l'Adour, INRA, CNRS, CEMAGRF et CNES). Il témoigne de la pluridisciplinarité thématique et de la diversité des approches scientifiques et techniques afférentes au développement des bio sciences de l'environnement.

Le parcours recherche du FEA est associé aux Ecoles Doctorales « SDUEE» : "Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'Espace" (DS3) et "SEVAB": "Sciences écologiques,Vétérinaires, Agronomiques & Bioingénieries" - (DS 10)

Effectif et cursus pré-requis

Effectifs : 25 étudiants au maximum, y compris quelques étudiants étrangers bénéficiant de bourses. Le parcours recherche du MEA s'adresse aux étudiants en sciences ayant accompli avec succès une première année après la Licence (Maître ès sciences, 1ère année de Master ou totalisant 240 ECTS) notamment en biologie, géologie, chimie, physique de l'environnement ou mathématiques et aux élèves - ingénieurs (Grandes Ecoles ou autres, étudiants admis en dernière année d'Ecole ou justifiant de 240 ECTS). Pour les étudiants en 3 ème année d'ENSAT, d'ENSIACET et d'ENSEEIHT, des aménagements spécifiques sont prévus pour faciliter la préparation simultanée du Diplôme d'Ingénieur et du Master Recherche. Il sera attribué des équivalences aux étudiants titulaires d'un diplôme autre que ceux délivrés au sein des pays de la CE. La sélection pour le recrutement s'effectuera après examen des dossiers de candidature et audition des candidats présélectionnés si nécessaire et/ou possible par le comité scientifique et pédagogique du master.

Formation théorique

Le tronc commun intègre pour les étudiants du parcours recherche une présentation par les laboratoires en soutien au Master de leur projet scientifique ainsi que des sujets des stages proposés, replacés dans le contexte scientifique national et international.

La formation du parcours recherche inclut un stage de terrain de 3 jours qui permet aux étudiants de s’intégrer à la formation, de créer une cohésion au sein de la promotion et d’interagir avec le corps enseignant. A l’issue du tronc commun, les étudiants auront à choisir 4 UE (4 X 6 ECTS) parmi 6 « ateliers thématiques » (UE2 à UE7) et l’atelier modélisation (UE1) commun aux deux parcours (UE1). Chaque atelier thématique comprend un cycle de cours-conférences/ travail de terrain de 16 heures, des analyses bibliographiques, et 104 heures de travail personnel. La formation théorique du parcours recherche de la spécialité sera principalement organisée sur une ou deux journées par semaine (cours, conférences, ateliers bibliographiques) afin de permettre aux étudiants de se consacrer déjà au premier semestre à leur projet de recherche. Il ne sera pas dispensé de formation théorique au second semestre pour permettre aux étudiants concernés de se déplacer sur des sites expérimentaux ou vers les laboratoires éloignés de Toulouse.

Les 6 ateliers thématiques sensibilisent les étudiants au déroulement des processus fondamentaux :

I–en insistant sur l’importance de la structure physique et de la composition biologique pour caractériser le fonctionnement,

II–en restituant l’évolution de ces processus dans le contexte d’une modification des conditions de l’environnement (changements globaux, pollutions…),

III–en intégrant l’impact de l’anthropisation (écosystèmes contraints par l’activité humaine et agrosystèmes)

IV–en abordant les processus de transfert de polluants dans les différents milieux et les mécanismes d’écotoxicité à différents niveaux d’organisation du vivant (moléculaires, cellulaire et organisme).

Au-delà des aspects cognitifs, ils visent à former les étudiants à l’analyse synthétique et à la présentation de travaux scientifiques par l’analyse de publications scientifiques de revues internationales.

Une évaluation est faite à la fin de chaque module, sous forme de questions écrites de synthèse et d’une présentation orale basée sur l’analyse d’une publication scientifique choisie en début de module. 

 Contenu des modules

  • UE 1. Modélisation, SIG et base de données (M. Gérino, S. Sauvage,  J.E. Bergez; C. Laplanche)

Modèles utilisés en écologie, agronomie et écotoxicologie (modèles biologiques, modèles à compartiments, modèles mathématiques, modèles experts etc.) Les domaines d’utilisation pris en considération sont diversifiés : systèmes de cultures innovants, modèles de décision, gestion des ressources et spatialisation, modèles mathématiques des écoulements et du transport de matière dans les hydrosystèmes. Support et application des SIG et des bases de données. L’enseignement se fait en grande partie à base d’exercices sur ordinateur.  

  • UE2. Impact de l’anthropisation sur le fonctionnement des systèmes (E. Tabacchi, A.M. Tabacchi)

Les concepts et méthodes innovantes d’observation et d’analyse sont utilisés afin d’illustrer I’impact de l’hétérogénéité (physique et biologique) sur le déroulement des processus. à différentes échelles des écosystèmes.

  • UE3. Structuration et fonctionnement des systèmes (P. Grieu, M. Tackx)

Contrôle des cycles biogéochimiques et des ressources naturelles, relation entre la fertilité, la structure et le fonctionnement, perturbation (pratiques agricoles, pâturage). Disfonctionnements des systèmes : indicateurs, bilans environnementaux (évaluation et prédiction), bases scientifiques du développement durable

  •  UE4. Fonctionnement des systèmes et changements globaux (E. Chauvet, T. Lamaze)

Paramètres définissant les changements globaux, impacts des changements sur les ressources (eau, éléments minéraux), les stocks de carbone et la productivité Primaire, réaction des écosystèmes aux perturbations climatiques actuelles et passées.

  •  UE5. Transfert des nutriments et des polluants dans les écosystèmes (A. Probst, J.M. Sanchez, C. Dumat, A. Bourg)

Le module fait part de l’avancée des connaissances en matière de mobilité, transfert et séquestration des nutriments et des polluants métalliques et organiques de la matrice environnementale à la matrice biologique. Circulation dans l’atmosphère, les sols et les eaux continentales, et à travers les cycles biogéochimiques (azote, carbone, soufre) et les réseaux trophiques.

  •  UE6. Effets des polluants sur les organismes (E. Pinelli, L. Gautier, F. Laurent)

Le module présente les mécanismes de toxicité des polluants sur différentes espèces cibles (animales et végétales) utilisées comme espèces indicatrices. Entre - autres les notions de toxicocinétique, perturbations endocriniennes, l’altération de la transmission nerveuse, immunotoxicité, génotoxicité et tératogénicité sont expliquées.

  •  UE7. Action des polluants sur le fonctionnement trophique des systèmes (C. Gers, P. Lim, M. Tackx)

L’influence des toxiques à travers les réseaux trophiques des milieux terrestres et aquatiques est considérée au niveau des bassins versants. Les phénomènes de fragmentation des systèmes, des effets de biocides sur des espèces non – cibles et la capacité de tolérance des organismes sont traités.

 Formation pratique

Chaque étudiant effectuera un stage de longue durée (couvrant le second semestre mais le plus souvent ayant débuté dès le premier semestre sur les espaces libérés par la formation théorique) d'initiation à la recherche dans une des équipes des laboratoires en soutien du Master EA. Ce stage s'accompagnera d'une présentation écrite (rapport rédigé personnellement par l'étudiant) et orale concernant l'analyse et la discussion critique de la démarche retenue et des résultats acquis au cours du travail. La présentation orale sera suivie de questions, en particulier sur un projet de recherche à long terme (pertinence et faisabilité).  

Débouchés

Ce Master permet d'accéder à la préparation d'une thèse de doctorat dans des laboratoires de recherche des Universités et des organismes de recherche publique (CEMAGREF, CNRS, INRA, IRD.) avec le soutien d'une bourse du Ministère de l'Education Nationale de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, d'une bourse docteur-ingénieur du CNRS (BDI) co-financée ou non par les régions ou les industriels, d'une bourse ADEME co-financée ou non par les régions ou les industriels, d'une bourse CIFRE en partenariat avec les industriels, d'une bourse européennne du FSE ou d'une bourse financée par les laboratoires sur ressources propres à partir de contrats.

Ce Master permet aussi d'accéder au marché de l'emploi dans le domaine de l'Eau et de l'Environnement, sur des postes d'ingénieur dans des bureaux d'études, Agences de l'Eau, groupes industriels, collectivités territoriales, chambres d'agriculture. Il permet aussi de présenter les concours de la fonction territroriale pour les emplois dans les différents Ministères : Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et de la Ruralité, Ministère de l'Equipement, des Transports, de l'Aménagement du Territoire, du Tourisme et de la Mer.

Inscription

Les candidats au parcours recherche doivent s’inscrire de préférence à l’UPS. Les dossiers de candidature sont à déposer soit sur le site de préinscription de l’UPS ou soit à l’ENSAT. Accéder au site de préinscription de l’UPS.

Télécharger le dossier de candidature

 

 

 CONTACTS |  ACCES |  PLAN DU SITE |  WEBMAIL |  INTRANET |  INTRANET SCOLARITE |  MENTIONS LEGALES

ENSAT - Avenue de l'Agrobiopole - 31326 Castanet-Tolosan
     Copyright © ENSAT 2009 - Tous droits réservés - Réalisation :  Anyware Technologies - NetviZion